Oui à la vie
Interdisons la production de cellules souches embryonnaires !
  
   
Dr. med. Martin Jost, médecin pratiquant, auteur d’ouvrages, ancien membre de la sous-com-mission d'éthique de médecine intensive de l'Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM)

Les cellules souches à la puissance de développement gigantesque, sont un objet de recherche fascinant avec un énorme potentiel de thérapies futures pour la médecine. Cependant ces cellules souches doivent pouvoir être produites selon un chemin qui tient compte à tous points de vue des principes éthiques d'un médecin conscient de ses responsabilités. C'est le cas pour des cellules souches adultes quelque soit la manière dont elles ont été obtenues. Ce N'est PAS valable pour les cellules souches embryonnaires.

Tout le monde sait qu'un embryon humain est issu de la fécondation. Celui-ci est spécifiquement humain dès le premier instant et comprend le plan de construction génétique complet. S'il n'est pas dérangé de l'extérieur, cet embryon poursuit son développement jusqu'à ce que l'on reconnaisse en lui un être humain. Le fait que 40% des embryons ne réussissent pas à se nidifier dans l'utérus pendant la deuxième semaine de grossesse ne change absolument rien à cette affirmation de base. Tout ce qui suit est développement et épanouissement. Ce développement est particulièrement intensif dans les premières semaines, mais il continue sans faire de pause et n'est absolument pas terminé lors de la naissance. Dans certains domaines, nous nous développons aussi longtemps que nous vivons.

Du point de vue de l'embryologie, nous sommes un homme se développant dès le moment de la conception. Une tel être humain est à chaque phase une personne ayant droit à la protection sans réserve, totalement indépendante de l'état de développement momentané. Une avalanche est une avalanche dès les premiers flocons de neige en mouvement, même si elle développe sa taille et son empreinte définitive seulement en chemin. Vu d'un point de vue médical, l'homme est un être humain dès le départ; il n'existe pas de critère convainquant sur la base duquel il deviendrait un homme à un instant quelconque de son développement. Celui qui défend là une autre opinion ne peut pas faire appel à des faits embryologiques. Il le fait soit pour des raisons idéologiques personnelles, soit par utilitarisme. Il y a des chercheurs qui placent leur recherche au-dessus de tout et la considère quasiment comme le veau d'or. Ils ne veulent pas ne pas exploiter les énormes possibilités par exemple des cellules souches embryonnaires, seulement pour des raisons éthiques. Reste ouverte la question de savoir s'ils se font conduire surtout par l'ambition, par la volonté absolue d'être célèbre et estimé ou par l'espoir de gain matériel.

La fin n'a pas le droit de justifier les moyens. Ni hier, et encore moins à l'avenir. L'obtention de cellules souches embryonnaires détruit un être humain lors d'une phase de développement très précoce. Concentrons tous nos efforts pour faire de la recherche sur les cellules souches adultes, pour les obtenir et exploiter entièrement leur grand potentiel qui ne présente aucun inconvénient sur le plan éthique. Mais l'embryon doit aussi à l'avenir profiter de notre protection sans réserve. Mesdames et Messieurs, n'oublions pas une chose: vous et moi, nous étions aussi une fois un tel embryon. Je ne sais pas ce que vous en pensez. Pour ma part, je trouve cette vie fascinante. J'aime vivre et suis content que l'on ait pas obtenu des cellules souches de moi-même.


Page d'entrée

15.1.2004

Oui à la vie, Secrétariat central, Case postale 18, CH-8775 Luchsingen
Tél. 055 653 11 50, Fax 055 653 11 53, ouialavie@active.ch