Oui à la vie
Aspects embryologiques: L'état de la recherche sur le statut de l'embryon humain
  
   
Résumé de Günter Rager, Dr méd., professeur au département de médecine, section d'anatomie de l'université de Fribourg/Suisse

Alors que Ernst Haeckel avait encore prétendu que l'embryon devait d'abord récapituler le développement des espèces (phylogénèse) dans son propre développement (ontogénèse) avant qu'il en arrive à lui-même, à son existence humaine à un stade tardif de la grossesse, et alors qu'il a aussi essayé de fixer cette affirmation dans la ci-dite "loi de base biogénétique", cette opinion est aujourd'hui dépassée par la science. La génétique montre clairement que le génome de chacun est un génome humain. (...)

L'embryon se développe dès le début de manière spécifiquement humaine et individuelle. C'est ce génome unique en son genre qui réagit à des stimulations de développement et conduit le développement même si des facteurs épigénétiques ont actuellement de nouveau reçu une valeur sensiblement plus élevée. Très tôt déjà, des formes de développement morphologiquement spécifique à l'espèce humaine sont constatées par lesquelles le développement humain se différencie de celui d'autres espèces. Les visages d'embryons humains à la fin de la période embryonnaire en sont un exemple particulièrement impressionnant. Ces visages ne sont pas seulement humains, ils montrent aussi des traits spécifiques à l'individu. (...)

L'embryon dispose donc dès la fécondation d'un génome spécifiquement humain et individuel. Il se développe de façon spécifiquement humaine et individuelle. Son développement ne montre pas de sauts, mais a lieu de façon continue. L'embryon porte en lui la potentialité active de devenir un homme adulte. Pour finir, l'embryon est dès le stade du zygote un système unitaire, s'organisant lui-même, on lui doit donc son individualité. Il reste pendant tout le développement identique à lui-même (identité diachrone). Il ne devient pas un homme, mais il déploie pendant son développement les possibilités humaines qu'il possède déjà. (...)

Résumé:
Les connaissances embryologiques font de l'embryon un individu au sens biologique. Elles soutiennent ainsi l'affirmation que l'embryon est aussi un individu au sens philosophique. L'individualité est cependant la base de la personnalité et de la dignité.

Extrait de: Günter Rager: Der Stand der Forschung zum Status des menschlichen Embryos (L'état de la recherche sur le statut de l'embryon humain).In: Embryonenforschung. Embryonenverbrauch und Stammzellenforschung. Ethische und rechtliche Aspekte (Dans: Recherche embryonnaire. Utilisation d'embryons et recherche sur les cellules souches. Aspects éthiques et juridiques). Adrian Holderegger/ René Pahud de Montanges (éd.) Universitätsverlag de Fribourg/Suisse. 2003, p. 11-23


Page d'entrée

15.1.2004

Oui à la vie, Secrétariat central, Case postale 18, CH-8775 Luchsingen
Tél. 055 653 11 50, Fax 055 653 11 53, ouialavie@active.ch